Excision of Middle English Medical Recipes in Osler Library, Bibliotheca Osleriana 7591

Guest post by Patrick Outhwaite. Patrick is a PhD candidate at McGill University in the department of English under the supervision of Professor Michael Van Dussen. He holds an MSt in Medieval Studies from the University of Oxford, and an MA in Medieval English from King’s College London. In 2015-16 he was a placement student at the Wellcome Library. His research interests include the interplay between medieval theology and medicine, as well as palaeography.

La version française suit

One of the most intriguing manuscripts of the Osler Library is Bibliotheca Osleriana 7591, a collection of Middle English medical recipes from the early sixteenth century. The recipes are from the Practica phisicalia composed by John of Burgundy (c. 1338–90), who was best known for his plague treatises. In his most famous tract, De epidemia, he identifies himself as ‘John with the beard’, practitioner of the art of medicine from Liège. As is typical of recipe collections of the period, John of Burgundy’s Practica covers treatments for the entire body, arranged from head to foot. The recipes treated everything from ‘the ffistula’ (p. 1) to ‘a charme for the tothake’ (p. 140).

The Osler copy of the Practica phisicalia is a relatively small and cheap production written in a fluid cursive script. It is likely that the manuscript, or perhaps the scribe, was from the northern part of England, as the text contains northern dialectical features. The codex survives in a good condition, although it has been rebound in a modern binding, and a few pages have been damaged.

The codex does not only contain the Practica, as it also contains lists and lyrics on the practical uses of particular ingredients. On page 20 there is a list of the uses of ‘Wateris’ added by the hand of the main text into the bottom margin. This list comments, for example, that: ‘Water of calamynt is good for the stomake’ and ‘Water of violette is good to hele aman & for the peynes & for the lyver.’ Osler 7591 also contains a poem entitled ‘Ematites is the stones name’ (p. 100a) in 24 lines of iambic tetrameter.

These lyrics explain the uses of Hematite, a red iron ore. This page features an annotation hand that updates the spelling of certain words in the poem and provides comments. On the following page (p. 100b) the annotator explains that the lyrics are ‘a specimen of the poetry in those / Days; bring the virtues of the lapis / Hamatitis set forth in stylish verse.’ The fluid cursive secretary hand of the annotations match a signature at the beginning of the codex: ‘Ed. Cooper 1726.’ Cooper comments at other points throughout the manuscript, such as on page 61 where he explains that he owns a small octavo insert that he believes to have been composed by the same scribe.

One of the most peculiar aspects of Osler 7591, is that its section on male genitalia has been excised from the manuscript. Two leaves are missing that contained almost all of the recipe ‘Ffor swellyng of ballokes’ (only the title and five lines survive) and the entirety of the recipe ‘Ffor ache in mannes lendes [loins or genitalia]’. We can be sure that two leaves are missing because the quire (gathering) in which these recipes are partially contained (quire six of ten) is the only quire of six in the entire manuscript (the rest of the quires are made up of eight leaves each). Also, remnants of the excised pages are visible, as the remaining stubs show clear signs of excision with clean lines that result from cutting.

Adding to this, the recipes concerning the penis and testicles that do survive in Osler 7591 are the only recipes in the entire manuscript that feature manicules (pointing hands) drawing attention to their titles. This suggests that they were at some point considered notable. Perhaps the two missing leaves were removed by a reader for ease of access in continued consultation. Equally, the leaves may have been excised as an act of censorship, because the owner of the manuscript did not appreciate the attention that they received.

Osler 7591 shares an interesting parallel with London, Wellcome MS. 406, another copy of John of Burgundy`s Practica phisicalia. The same section of the text has been censored in this manuscript. Instead of removing pages, an annotator in Wellcome MS. 406 has crossed through offensive words in the titles of two recipes. The first case of censorship appears on folio 35 verso, in a recipe entitled: ‘For swellyng of a mannys veretrum’. The second censored recipe, on folio 36 recto, is entitled: ‘For scalding of a mannys veretrum’. In each title the Latin word ‘veretrum’ has been added by the annotator. This Latin replaces the Middle English term for penis, ‘pyntell’, which has been thoroughly crossed out in each case. One can only infer that the exchange of Middle English for Latin was done in the interest of taste, as the word ‘pyntell’ had vulgar, colloquial connotations that were not shared by ‘veretrum’. The censorship of Wellcome MS. 406 allowed readers educated in Latin to comprehend the treatments, but others would have been ignorant of what the recipes concerned.

The Osler and Wellcome manuscripts examined here reflect a trend in the early modern period where owners of medieval manuscripts became increasingly concerned with obscuring references to reproductive organs. Owners considered such content to be indecent and did not want readers to see the information. Whether through excising leaves or Latin glosses, the interventions in these manuscripts provide a clue as to how such codices were treated by post-medieval readers.


Excision de Moyen-Anglais Recettes Médicinales dans la bibliothèque Osler, Bibliotheca Osleriana 7591

L’un des manuscrits les plus intrigants de la bibliothèque Osler est Bibliotheca Osleriana 7591, une collection de recettes médicinales du Moyen-Anglais du début du XVIe siècle. Les recettes proviennent de la Practica phisicalia composée par Jean de Bourgogne (c. 1338-90), connue pour ses traités de peste. Dans son écriture le plus célèbre, De epidemia, il s’identifie comme « Jean avec la barbe », praticien de l’art de la médecine de Liège. Comme ç’est typique pour livres des recettes de la période, la Practica de Jean de Bourgogne couvre les traitements pour l’ensemble du corps, disposés de la tête aux pieds. Les recettes traitent tout de ‘the ffistula’ (p. 1) à ‘a charme for the tothake’ (p. 140).

La copie d’Osler de la Practica phisicalia est une production relativement petite et peu coûteuse, écrite dans un script cursive fluide. Il est probable que le manuscrit, ou peut-être le scribe, provenait du nord de l’Angleterre, car le texte contient des caractéristiques dialectiques du Nord. Le codex survit en bon état, bien qu’il ait été placé dans une liaison moderne, et quelques pages ont sont endommagées.

Le codex ne contient pas seulement le Practica, mais il contient également des listes et des paroles sur les utilisations pratiques d’ingrédients particuliers. À la page 20, il existe une liste des utilisations de ‘Wateris’ ajoutées par le scribe du texte principal dans la marge inférieure. Cette liste commente, par exemple, que: ‘Water of calamynt is good for the stomake’ et ‘Water of violette is good to hele aman & for the peynes & for the lyver.’ Osler 7591 contient également un poème intitulé ‘Ematites is the stones name’ (p. 100a) en 24 lignes de tétramètre iambique.

Ces paroles expliquent les utilisations de Hematite, un minerai de fer rouge. Cette page comporte une touche de notation qui met à jour l’orthographe de certains mots dans le poème et fournit des commentaires. Sur la page suivante (p. 100b), l’annotator explique que les paroles sont : ‘a specimen of the poetry in those / Days; bring the virtues of the lapis / Hamatitis set forth in stylish verse.’ Las écriture secrétaire fluide et cursive des annotations correspond à une signature au début du codex: ‘Ed. Cooper 1726.’ Il a commenté à d’autres points tout au long du manuscrit, comme à la page 61 où il explique qu’il possède un petit ‘octavo insert’ qu’il croit avoir été composé par le même scribe.

L’un des aspects les plus étranges d’Osler 7591 est que sa section sur les organes génitaux masculins a été retirée du manuscrit. Il manque deux feuilles qui contiennent presque toute la recette : ‘Ffor swellyng of ballokes’ (seulement le titre et cinq lignes restent) et la totalité de la recette : ‘Ffor ache in mannes lendes [longes ou organes génitaux]’. Nous pouvons être sûrs que ces deux feuilles sont manquantes parce que le quire dans lequel ces recettes sont partiellement contenues (quire six de dix) est le seul nombre de six dans le manuscrit entier. En outre, les restes des pages excisées sont visibles, car les bouts restants montrent des signes clairs d’excision avec des lignes propres résultant de la coupe.

En ajoutant à cela, les recettes concernant le pénis et les testicules qui survivent à Osler 7591 sont les seules recettes dans le manuscrit entier qui présentent des manicules (les mains que point) qu’attirent l’attention sur leurs titres. Cela suggère qu’ils étaient à un moment donné considérés comme notables. Peut-être que les deux feuilles manquantes ont été retirées par un lecteur pour faciliter l’accès en consultation continue. De même, les feuilles peuvent avoir été excisées comme un acte de censure, parce que le propriétaire du manuscrit n’a pas apprécié l’attention qu’ils ont reçue.

Osler 7591 partage un parallèle intéressant avec Londres, Wellcome Ms. 406, une autre copie de La Practica phisicalia de Jean de Bourgogne. La même section du texte a été censurée dans ce manuscrit. Au lieu de supprimer des pages, un annotateur dans Wellcome MS. 406 a tracé une ligne à travers des mots offensifs dans les titres de deux recettes. Le premier cas de censure apparaît sur le folio 35 verso, dans une recette intitulée: ‘For swellyng of a mannys veretrum’. La deuxième recette censurée, sur le folio 36 recto, est intitulée: ‘For scalding of a mannys veretrum’. Dans chaque titre, le mot Latin ‘veretrum’ a été ajouté par l’annotateur. Ce mot Latin remplace le Moyen-Anglais terme pour le pénis, ‘pyntell’, qui a été complètement éliminé dans chaque cas. On peut déduire que l’échange de l’Moyen-Anglais pour le Latin a été fait dans l’intérêt du goût, car le mot « pyntell » avait des connotations vulgaires qui n’étaient pas partagées par « veretrum ». La censure de Wellcome MS. 406 a permis aux lecteurs du livre, éduqués en latin de comprendre les traitements, mais d’autres auraient ignorant de quoi les recettes concernées.

Les manuscrits Osler et Wellcome ont examiné ici sont représentatif d’un trend dans le début de l’époque moderne, où les propriétaires des manuscrits médiévaux étaient de plus en plus préoccupés par des obscurcir références aux organes reproducteurs. Les propriétaires considéraient que ce contenu était indécent et ne voulait pas que les lecteurs puissent voir l’information. Que ce soit par les excisions, ou les gloses Latin, les interventions dans ces manuscrits fournissent un indice quant à la façon dont ils ont été lus.

 

Découvrir l’anatomie grâce aux livres animés

Pratiquée de manière assez confidentielle au Moyen Age, la dissection se développe au 16e siècle, notamment lorsque le pape Clément VII autorise son enseignement. La Renaissance est également marquée par un essor des livres dédiés à l’anatomie, et en particulier des livres animés. Les auteurs de l’époque rivalisent d’imagination et d’ingéniosité pour répondre à la soif de connaissance des curieux, des médecins et des étudiants. Ces ouvrages ont souvent un objectif pédagogique, ce qui explique le recours aux illustrations à volets qui permettent au lecteur de mieux visualiser l’organisation interne du corps humain: grâce à un système de volets, le lecteur peut en quelque sorte pratiquer lui-même une dissection en soulevant un à un les volets qui dévoilent à chaque fois une « couche » du corps humain.

Parmi les anatomistes du 16e siècle, le médecin bruxellois André Vésale est sans doute le plus connu. Convaincu qu’il est difficile d’enseigner et d’apprendre l’anatomie sans pouvoir observer directement le corps humain, Vésale pratique régulièrement la dissection et fait paraître en 1543  son De humani corporis fabrica, qui renouvelle les connaissances en anatomie depuis Galien.

Dans son Epitome, supplément à la Fabrica destiné essentiellement aux étudiants en médecine, Vésale propose lui aussi une sorte de livre animé : plusieurs planches anatomiques de l’Epitome peuvent être découpées par le lecteur afin de reconstituer in fine un corps humain en trois dimensions. En effet, comme l’explique Jacqueline Vons, l’Epitome contient « deux planches constituées de plusieurs dessins que l’étudiant doit découper et coller sur d’autres figures afin d’obtenir, par superposition, un corps humain en trois dimensions. Le texte accompagnant ces deux planches est l’équivalent d’un mode d’emploi, d’une notice qui doit guider pas à pas l’étudiant dans son travail de recomposition. C’est déjà une méthode pédagogique inter-active, qui consiste à s’adresser à un étudiant virtuel, en développant une forme de dialogue entre le maître et le disciple » (1).

Un autre exemple célèbre de livre animé est le Pinax microcosmographicus de Johann Remmelin, paru au début du 17e siècle et réédité à plusieurs reprises (la bibliothèque Osler en possède d’ailleurs deux exemplaires du début du 18e siècle). Il permet de découvrir l’anatomie masculine et féminine grâce à des illustrations à volets. La bibliothèque de l’université de Columbia a récemment numérisé cet ouvrage et a mis en ligne une vidéo très intéressante qui montre le fonctionnement de ces illustrations anatomiques à volets.

La pratique du livre anatomique à volets se perpétue et atteint son apogée au 19e siècle, quand les techniques d’impression en couleur se perfectionnent et se développent. Nous vous présentons ici quelques exemples issus de nos collections.

Mais les illustrations à volets ne se limitent pas au livre : certaines planches anatomiques utilisent le même procédé. La bibliothèque Osler a par exemple fait récemment l’acquisition d’une planche anatomique sur bois du 19e siècle, sans doute utilisée pour l’enseignement, qui représente un corps masculin presque à taille réelle, et qui par un système de volets maintenus par des languettes amovibles en métal, permet d’avoir la vision interne du corps humain (muscles, tendons, organes, os…).

Notes:

(1) Vons J., « L’Epitome, un ouvrage méconnu d’André Vésale (1543) », Histoire des sciences médicales, XL, 2, 2006, p.177-189, disponible en ligne [consulté le 12/04/2017].

 

Bibliographie :

Binet J.-L., « Traités d’anatomie », Bibliothèque numérique Medic@, disponible en ligne [consulté le 19/04/2017].

Carlino A., Paper bodies: a catalogue of anatomical fugitive sheets (1538-1687), London, Wellcome Institute for the History of Medicine, 1999.

Columbia University Medical Center, « A medical pop-up from the 17th century”, disponible en ligne [consulté le 19/04/2017].

Duke University Libraries, « Animated anatomy », 2011, disponible en ligne [consulté le 12/04/2017].

Van Wijland J., « Usages des papiers découpés dans l’illustration anatomique des XVIe-XVIIe siècles », disponible en ligne [consulté le 19/04/2017].

Vons J., « L’Epitome, un ouvrage méconnu d’André Vésale (1543) », Histoire des sciences médicales, XL, 2, 2006, p.177-189, disponible en ligne [consulté le 12/04/2017].

Vons J., « L’anatomie au 16e siècle », Bibliothèque numérique Medic@, disponible en ligne [consulté le 19/04/2017].

 

 

 

La publicité pharmaceutique à la fin du 19e siècle : la folie des almanachs !

Les almanachs sont de petits feuillets imprimés, très populaires depuis le Moyen Age, qui constituent à la fois une source de divertissements et d’informations (calendriers, dates et fêtes importantes, phases lunaires, horoscopes…). Au Canada et aux États-Unis, ces almanachs connaissent aussi un vif succès, si bien qu’à partir du milieu du 19e siècle, les compagnies pharmaceutiques utilisent de façon massive ce médium pour promouvoir leurs produits et commencent à créer leurs propres almanachs. La bibliothèque Osler possède plus de 200 exemplaires de ces almanachs publicitaires canadiens, publiés entre 1841 et 1977 (liste détaillée disponible ici).

A cette époque en effet, on ne consulte que rarement un médecin, et l’auto-médication est largement répandue. De nombreuses compagnies proposent alors des médicaments vendus sans prescription. Ces almanachs à visée publicitaire sont alors envoyés ou distribués gratuitement aux familles (dans certains cas, on laisse un emplacement vide sur l’almanach pour que le docteur ou le pharmacien qui l’a distribué puisse y apposer son cachet). L’utilisation des almanachs – largement lus et appréciés par la population – pour promouvoir leurs produits constitue une technique commerciale efficace pour les compagnies pharmaceutiques. A titre d’exemple, selon Denise Maines, la compagnie Ayer distribue à la fin du 19e siècle au Canada et aux États-Unis 25 000 000 almanachs par an, arguant même qu’il s’agit du livre « le plus diffusé après la Bible » (1).

Ces almanachs ont des titres attractifs (« les gestes de premier secours », « santé : ce qu’il faut savoir », « l’interprétation des rêves », « les nouvelles de la ville », « votre horoscope »…) et ne se présentent pas forcément d’emblée comme des documents publicitaires. Certains s’adressent plus particulièrement aux ménagères, avec des titres comme « faire sa robe chez soi » ou « le livre de cuisine » par exemple. Vrais objets du quotidien,  les almanachs sont pour la plupart dotés d’une petite cordelette, qui permet de les accrocher facilement dans la maison.

Ces almanachs sont généralement tous organisés de la même façon : ils alternent publicité pour les produits de la compagnie et contenus traditionnels des almanachs (calendriers, conseils de beauté, évènements historiques importants, recettes de cuisine, soins de santé, prévisions météorologiques…). Les publicités sont souvent étayées de témoignages d’utilisateurs satisfaits du produit, qui en vantent les multiples vertus. Habiles mélanges entre promotion d’un produit et divertissement, les almanachs sont le reflet de leur époque et constituent une source précieuse d’information pour les chercheurs. Ils témoignent aussi de la persistance de certaines croyances à travers les âges : il est  ainsi intéressant d’y trouver encore parfois la figure de l’homme zodiacal – qui représente les correspondances entre les différentes parties du corps humain et les signes du zodiaque – qu’on trouvait déjà dans les almanachs du Moyen Age.

Notes:

(1) Maines D., “Why the appeal? A study of almanacs advertising Dr. Chase’s patent medicines, 1904–1959”, Canadian Pharmacists Journal, 145, 4, 2012, p.180-185.

Bibliographie:

Maines D., “Why the appeal? A study of almanacs advertising Dr. Chase’s patent medicines, 1904–1959”, Canadian Pharmacists Journal, 145, 4, 2012, p.180-185 [consulté le 07/04/2017].

National Library of Canada, “Impressions: 250 years of printing… in the lives of Canadians – Health”, 1999, disponible en ligne [consulté le 07/04/2017].

U.S. National Library of Medicine, “Time, tide and tonic: the patent medicine almanac in America”, 2004, disponible en ligne [consulté le 07/04/2017].

« L’alcool, voilà l’ennemi » ou comment l’école de la IIIe République en France lutte contre l’alcoolisme

Si pendant longtemps l’alcool a été perçu comme bon pour la santé, sa consommation n’a cessé d’augmenter au cours du 19e siècle jusqu’à devenir un véritable problème de société en France. En effet, à partir des années 1870, l’ivrognerie, désormais dénommée « alcoolisme » depuis les travaux du médecin suédois Magnus Huss au milieu du 19e siècle, est considérée comme un fléau national. L’alcoolisme est devenu un sujet de préoccupation majeur, auquel l’opinion est de plus en plus sensible : en 1871, la première ligue contre l’alcoolisme est créée à l’Académie de Médecine de Paris, tandis que la loi du 23 janvier 1873 organise la répression de l’ivresse publique. C’est aussi un thème largement traité dans l’art et la littérature de l’époque : l’exemple le plus célèbre est sans doute L’Assommoir d’Émile Zola, paru en 1877, qui retrace la déchéance d’une famille ouvrière à cause de l’alcool.

Des campagnes antialcooliques s’organisent et insistent sur les méfaits et les dangers d’une consommation excessive d’alcool : détériorations physiques et psychiques pour le buveur, et conséquences néfastes pour sa famille (violences conjugales, misère…). Pour lutter contre l’alcoolisme, on prône la tempérance, c’est-à-dire un usage modéré des boissons alcooliques. Curieusement, une distinction est faite à l’époque entre le vin, la bière et le cidre – jugés alors bons pour la santé s’ils sont consommés avec modération – et les alcools distillés (comme l’absinthe ou le rhum) perçus comme la cause principale de l’alcoolisme.

L’école de la IIIe République a son rôle à jouer dans cette lutte : on demande aux instituteurs d’enseigner aux enfants les dangers de l’alcool. De nombreux matériels pédagogiques sont alors mis à leur disposition : affiches, bons points, manuels de lecture… fleurissent, d’autant plus qu’à partir de la fin des années 1890, la leçon d’antialcoolisme est inscrite dans les programmes scolaires.

                      

La bibliothèque Osler possède plusieurs ouvrages antialcooliques pour l’éduction des enfants, et notamment un exemplaire de 1904 du Manuel d’antialcoolisme publié par la Société antialcoolique des instituteurs et institutrices de France (Osler lib. Robertson section 1, L 2844 m 1904). Sous-titré « Mieux vaut prévenir que guérir », ce livre est censé fournir à l’instituteur un support pédagogique pour organiser une leçon antialcoolique. Le livre propose donc un programme pour chaque semaine de l’année scolaire, avec des images, des sujets de rédaction, des problèmes mathématiques, des chansons, des  dessins… liés au thème de l’alcoolisme, et adaptés aux différents niveaux scolaires (cours élémentaire ou cours moyen et supérieur).

Le manuel aborde aussi l’alcoolisme sur le plan médical, en décrivant ses conséquences physiques et mentales, notamment sur le cerveau.

Il évoque également des conséquences héréditaires de l’alcoolisme sur les enfants. L’hérédité  – à savoir la croyance que les tares tant physiques que psychiques se transmettent de génération en génération – est alors un thème cher aux scientifiques du 19e siècle, qui est notamment largement exploité par Zola dans sa série Les Rougon Macquart.  Ainsi le Manuel compare-t-il de manière très caricaturale, les enfants d’alcooliques, qualifiés de « dégénérés », et les enfants des « buveurs d’eau » en pleine santé et bien portants.

   

Ce manuel, censé aider les instituteurs dans la lutte nationale contre l’alcoolisme, est donc représentatif des préoccupations et des croyances de la France du 19e siècle (distinction entre bon et mauvais alcool, croyance forte en l’hérédité, peur des classes laborieuses, vocation morale de l’École). Il faut toutefois noter que ce mouvement antialcoolique n’est pas une spécificité française, et que dans de nombreux pays, notamment le Canada, des initiatives semblables sont prises.

 

Et pour terminer, un petit problème de mathématiques tiré du Manuel d’antialcoolisme : saurez-vous le résoudre (en sachant qu’1 franc équivalait à 20 sous à l’époque) ?

 

Paul, en allant au chantier, ce matin, à 6 heures, a pris comme d’habitude un petit verre d’alcool à 0 fr. 15. En sortant de l’estaminet, il a été pris de congestion et a dû être conduit dans une pharmacie où il a dépensé 0 fr. 50. Il a dû faire des démarches pour être embauché, et a perdu en tout 1h. 1/2 à 0 fr. 60 l’heure. A combien lui est revenue « sa goutte » et combien aurait-il pu avoir de petits pains d’un sou à la place?

 

Bibliographie :

Fillaut T, « De la tempérance à la consommation à faible risque (1880-2010) : Survol historique des normes en matière de prévention de l’alcoolisme en France », Colloque Alcool et Normes (défi brestois), Landerneau, Octobre 2011, disponible en ligne.

Lefebvre T., « La propagande antialcoolique en milieu scolaire au début du XXe siècle », Revue d’histoire de la pharmacie, 84, 309, 1996.

Parayre S., « L’entrée de l’éducation à la santé à l’école par la prévention (XVIIIe-XIXe siècles) », Recherches & éducations, 3, septembre 2010, disponible en ligne.

 

 

A la découverte du Brésil avec l’Historia naturalis Brasiliae

Au 17e siècle, le Brésil est une terre portugaise depuis sa découverte en 1500 par le navigateur Pedro Álvares Cabral. Toutefois, une enclave hollandaise existe entre 1624 et 1654 au nord-est du Brésil. C’est dans ce contexte que deux hollandais, le médecin Willem Piso et l’astronome Georg Marggrav, accompagnent en 1638 le prince de Nassau dans son voyage au Brésil. C’est l’occasion pour les deux savants d’explorer le territoire et d’en répertorier la faune et la flore.

Titre-frontispice

Leurs découvertes sont rassemblées en 1648 par le géographe Johannes De Laet dans un livre intitulé Historia naturalis Brasiliae. Cet ouvrage est considéré comme le premier traité scientifique sur le Brésil. La bibliothèque Osler possède un exemplaire de l’édition originale (Osler room – folio P678h 1648), imprimée à Leyde, par la célèbre maison Elzevier. Le titre-frontispice est particulièrement travaillé : il s’agit d’une gravure colorée à la main, qui semble évoquer le Brésil comme un nouveau Paradis. On y voit deux indigènes, dans une végétation luxuriante, entourés de nombreux animaux (perroquets, singes, fourmiliers, serpents, poissons, crabes, tortues, paresseux…).

Le livre se compose de deux parties : le De medicina Brasiliensi écrit par Willem Piso, et l’Historia rerum naturalium Brasiliae de Georg Marggrav. L’ensemble, organisé et complété par Johannes De Laet,  est richement illustré par plus de quatre cents gravures sur bois.

Un moulin à sucre

Dans son De medicina Brasiliensi, Willem Piso recense les maladies et les venins qui existent au Brésil, ainsi que leurs remèdes locaux. Il y décrit également les vertus thérapeutiques des plantes (De facultatibus simplicium). On trouve d’ailleurs une explication très intéressante de la fabrication du sucre de canne (De saccharo).

Homme en habit traditionnel

La seconde partie, l’Historia rerum naturalium Brasiliae, rédigée par Georg Marggrav, recense les plantes, les poissons, les animaux et les insectes du Brésil. Une rapide description du pays et de ses habitants est également incluse : Marggrav y évoque les coutumes des indigènes du Brésil (vêtements, religion, nourriture… et même la langue avec un bref lexique incorporé dans le texte).

Une espèce de fruit de la passion

Un fourmilier

L’Historia naturalis Brasiliae a fait connaître en Europe de nouvelles plantes médicinales (comme l’ipecacuanha, utilisée notamment pour traiter la dysenterie). Il est devenu un ouvrage de référence pour les naturalistes européens tout au long des 17e et 18e siècles: son influence est notamment perceptible dans les travaux de Buffon et de Linné. C’est un riche témoignage des tentatives de description et de compréhension de la nature au 17e siècle.

 

Bibliographie:

Brienen R. P., Visions of Savage Paradise: Albert Eckhout, Court Painter in Colonial Dutch Brazil, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2006.

Charlot C, Guibert M.-S., “Petite histoire de la Racine Brésilienne en France au 17ème siècle”, 38e Congrès international d’histoire de la Pharmacie, Séville, 19-22 septembre 2007, disponible en ligne.

Galloway J. H., “Tradition and innovation in the American sugar Industry, c. 1500- 1800: an explanation”, Annals of the Association of American geographers, 75, 3, 1985.

Medeiros M. F. T., Albuquerque U. P., “Abstract food flora in 17th century northeast region of Brazil in Historia Naturalis Brasiliae”, Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine, 10, 50, 2014.

Safier N., “Beyond Brazilian nature: the editorial itineraries of Marcgraf and Piso’s Historia Naturalis Brasiliae”, dans Van Groesen M. (ed.), The Legacy of Dutch Brazil, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

Walker T. D., “The medicines trade in the Portuguese Atlantic world: acquisition and dissemination of healing knowledge from Brazil (c. 1580–1800)”, Social history of medicine, 26, 3, 2013.

Whitehead P. J. P., Boeseman M., A portrait of Dutch 17th century Brazil : animals, plants, and people by the artists of Johan Maurits of Nassau, Amsterdam – Oxford – New-York, North-Holland Publishing Company, 1989.

 

 

Lyon et l’édition médicale au 16e siècle: l’exemple des Institutions chirurgiques de Jean Tagault, imprimées par Guillaume Rouillé

Au 16e siècle, Lyon est un des principaux centres d’imprimerie d’Europe, et un vivier important de l’édition médicale. C’est d’ailleurs dans cette ville que Le Guydon de la practique en cyrurgie de Guy de Chauliac est imprimé pour la première fois en français en 1478 par Barthélemy Buyer.

Page de titre avec marque d’imprimeur

Parmi les grands imprimeurs lyonnais de la Renaissance, on trouve Guillaume Rouillé (1518-1589). Né à Dolus, près de Loches, il fait son apprentissage à Venise chez les Giolito de Ferrari, puis s’établit à Lyon en tant qu’imprimeur, à l’enseigne  «A l’écu de Venise».

La bibliothèque Osler possède plusieurs ouvrages imprimés par Guillaume Rouillé, dont les Institutions chirurgiques de Jean Tagault (Osler room – T125cF 1549). Il s’agit d’une traduction en français, d’un ouvrage écrit en latin par le médecin Jean Tagault, et complété par un traité sur la « matière chirurgique » de Jacques Houllier, élève de Tagault.

C’est un manuel pratique de chirurgie, à l’intention notamment des étudiants chirurgiens. De petit format, l’ouvrage pouvait être aisément transporté et

Adresse de Guillaume Rouillé aux étudiants en chirurgie, avec signature manuscrite d’Estienne Picard.

annoté. Il a d’ailleurs appartenu à un certain Estienne Picard, chirurgien, comme semblent l’indiquer plusieurs signatures manuscrites.

L’ouvrage, de 1549, est en langue vernaculaire. Jusqu’ici essentiellement en latin, l’édition médicale se vulgarise et commence à être écrite en langue vernaculaire à partir des années 1530 en France. L’ordonnance de Villers-Cotterêts promulguée en 1539 par le roi François Ier contribue à la diffusion et au développement du français, même si le latin reste la langue du savoir jusqu’au 18e siècle. Ce passage du latin au français ne se fait pas sans difficulté, car il faut trouver des équivalents français pour désigner des termes scientifiques. Ceci explique la présence d’une « exposition de quelques lieux difficiles » au début du livre, qui donne des explications sur certains points jugés compliqués.

Le livre contient quelques illustrations, dont plusieurs vues du squelette humain, des exemples de blessures auxquelles peut être confronté un chirurgien, et des outils nécessaires pour les soigner.

Un corps “blessé en plusieurs sortes”

Vue de face d’un squelette humain

 

Exemple d’outil de chirurgien

Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à venir voir nos collections : la bibliothèque Olser et le département des « Rare Books and Special Collections » de la bibliothèque McLennan possèdent plusieurs exemplaires de livres du 16e siècle imprimés à Lyon. Par ailleurs, si vous êtes de passage à Lyon, pensez à visiter le musée de l’imprimerie qui retrace toute l’histoire de l’imprimerie lyonnaise.

 

Bibliographie:

Berriot-Salvadore E., « La littérature médicale en français de 1500 à 1600 », Bibliothèque numérique Medic@, BIU Santé Paris, novembre 2010, disponible en ligne.

Claudin A., Histoire de l’imprimerie en France au XVe et au XVIe siècle, volume 3, Paris, Imprimerie Nationale, 1904, disponible en ligne.

Mecking V.,  « La terminologie médicale du XVIe siècle entre tradition et innovation », La revue de l’Institut Catholique de Lyon, 2014, 24, 9, disponible en ligne.

Université de Picardie Jules Verne, « Humanisme et médecine, un exemple de diffusion des savoirs à travers les siècles : la bibliothèque d’Emile et Lucien Bax », [exposition virtuelle], 2010, disponible en ligne.